16 Couleurs

16 Couleurs – graphisme & jeu vidéo

Livre : Atari Inc. – Business is Fun

3 Commentaires

Les ouvrages sur l’histoire d’Atari ne sont pas légion et Atari Inc. – Business is Fun est véritablement unique du fait de son épaisseur (presque 800 pages !) et de sa précision, l’ouvrage ne portant que sur la première vie de l’entreprise : sa genèse à la fin des années 60, sa fondation et l’énorme succès de Pong en 1972, son rachat par Warner Communications en 1976, la sortie de la console VCS l’année suivante, et enfin le crash du marché du jeu vidéo en 1983 qui causera le rachat d’Atari (sauf la branche arcade) en quelques semaines par Jack Tramiel, l’ex-patron et fondateur de Commodore. La période postérieure à 1984 n’est pas couverte par le livre mais il est prévu qu’elle fasse l’objet de deux futurs volumes.

Le livre est une mine d’informations intéressantes et nous plonge dans les premières années d’Atari (ou Syzygy comme l’entreprise était appelée au début) et l’atmosphère très baba cool qui y régnait alors. On découvre certaines facettes de la personnalité de Nolan Bushnell qui avaient généralement été tues jusqu’ici, l’existence d’un co-fondateur complètement oublié par l’histoire officielle, des révélations sur le bref passage de Steve Jobs chez Atari, une multitude de projets annulés in extremis (dont un vidéophone) ou la conception en détail des premières bornes d’arcade et des ordinateurs 8 bits. On apprend aussi que la catastrophe qu’a été le jeu ET The Extra-Terrestrial sur 2600, souvent considéré comme l’un des pires jeux vidéo jamais sortis, n’est pas dû au manque de compétence du programmeur (également à l’origine d’un de mes jeux préférés sur 2600 : Yars’ Revenge), mais au temps complètement délirant qu’on lui avait alloué pour réaliser le jeu : 5 semaines et demi !

Livre "Atari Inc. - Business is fun"

On peut aussi considérer l’ouvrage comme une étude de cas (un peu bavarde certes) orientée management, avec la problématique assez classique de la petite entreprise très innovante mais un peu bordélique qui grandit trop vite, les problèmes de croissance et les besoins en capital qui se font sentir rapidement et débouchent sur un rachat par une société établie, puis les tensions qui se produisent lors de l’arrivée de managers extérieurs et le départ (pas toujours volontaire) des fondateurs.

Les auteurs, Martin Goldberg et Curt Vendel, sont d’authentiques passionnés et parmi les meilleurs spécialistes de l’histoire d’Atari, on ne peut donc que leur être reconnaissant de s’être investis dans un tel projet. Néanmoins, la qualité d’écriture est variable et souvent un peu trop familière, plus proche d’un bon blog que d’un livre écrit par des professionnel aguerris. Certains éléments arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe avant d’être expliqués un peu plus tard (ou pas du tout), d’autres informations sont répétées à quelques pages d’intervalle et on tombe régulièrement sur des fautes de frappe. De plus le livre n’est pas organisé de manière strictement chronologique, préférant se concentrer sur des départements spécifiques d’Atari (arcade, R&D…) à certaines périodes clés, rendant l’assemblage des différentes pièces du puzzle un peu confus par moment.

Comme la photo l’atteste, le livre est un vrai pavé mais la qualité de l’objet est moyenne avec une couverture un peu fine en particulier. À l’intérieur, on trouve à la fin de chaque chapitre beaucoup de photographies peu connues ou inédites, mais elles sont toutes en noir et blanc et d’une qualité d’impression parfois un peu juste. C’est dommage quand on connait l’usage assez extrême fait de la couleur dans les années 70 et 80 ! J’imagine sans mal que des compromis ont été nécessaires pour pouvoir vendre une petite série à un prix abordable. Dans le meilleur des mondes, on pourrait espérer une seconde édition un peu abrégée, corrigée des fautes de frappe et proposant certaines photos en couleur. Il faut cependant savoir être réaliste et s’estimer heureux qu’un tel ouvrage ait pu sortir autrement qu’en e-book.

Quoiqu’il en soit et malgré les défauts évoqués ci-dessus, je ne peux que recommander le livre pour qui est à la fois intéressé par l’histoire d’un pionnier du jeu vidéo et à l’aise en anglais. Le livre est disponible sur Amazon.co.uk pour un peu plus de 17 euros, ce qui représente un rapport prix-volume d’information difficilement égalable ! Malheureusement pour les non-anglophones, je pense qu’il est illusoire d’attendre une hypothétique traduction française étant donné le travail de titan que cela représenterait et la toute petite niche à laquelle cet ouvrage s’adresserait.

D’après les auteurs, la rédaction du tome suivant, Atari Corp. – Business Is War est déjà en court et portera sur la période de 1984 à 1995 marquée par la sortie des mythiques ST, Lynx et Jaguar. Je croise les doigts pour que le projet soit mené à terme.

Le site officiel du livre Atari Inc. – Business Is Fun

Auteur : HP

Professionnel de l'industrie vidéoludique depuis 14 ans, j'écris principalement sur l'infographie, le business des jeux vidéo et la demoscene.

3 réflexions sur “Livre : Atari Inc. – Business is Fun

  1. Pingback: Livre : Service Games: The Rise and Fall of Sega | 16 Couleurs

  2. Je n’avais pas conscience de l’existence d’un tel pavé qui à l’air roborativement informatif comme il se doit !
    Pour un chapitrage non chronologique c’est un peu carton rouge mais je pense qu’il figurera parmi mes futurs acquisition
    Merci🙂

    • Si tu t’intéresses un peu à l’histoire d’Atari, fonce. La forme est perfectible mais pour le fond il n’y pas vraiment d’équivalent je pense.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s