16 Couleurs

16 Couleurs – graphisme & jeu vidéo

Le côté obscur du jeu vidéo mobile

11 Commentaires

Candy themed match-3 mobile games

Vous pouvez admirer ci-dessus un montage de jeux disponibles sur Google Play, tous évidemment très inspirés par la série des Candy Crush Saga. Comment en est-on arrivé là ? Le jeu en question est relativement aisé à cloner (on peut même acheter des kits prêts à l’emploi pour une somme modique) et les barrières à l’entrée à la commercialisation d’une appli pour smartphone sont maintenant quasi-inexistantes. Évidemment il faut y ajouter l’appétit des consommateurs pour ce genre de jeu, alors que comme disait Coluche, « il suffirait que les gens n’achètent plus pour que ça ne se vende pas. »

L’autre point assez effarant, c’est que tous les jeux présentés ci-dessus ont reçu des avis très positifs, autour de 4 étoiles généralement. Deux possibilités : soit le bidonnage des avis est très répandu, soit les joueurs sont satisfaits de cet état de fait.

Heureusement on trouve également plein de jeux plus originaux sur mobile (comme ici, ici ou ici), j’espère continuer à vous en faire découvrir certains sur ce blog.

Publicités

Auteur : HP

Professionnel de l'industrie vidéoludique depuis 14 ans, j'écris principalement sur l'infographie, le business des jeux vidéo et la demoscene.

11 réflexions sur “Le côté obscur du jeu vidéo mobile

    • Non, bien sûr, ça a toujours existé, mais certainement pas à ce niveau, qualitativement et quantitativement. Là où avant on avait une poignée de clones éhontés (et souvent gratuits d’ailleurs), maintenant on a des centaines de jeux avec des noms et des styles graphiques volontairement très proches pour prêter à confusion.

      En plus la pratique était apparemment plus risquée auparavant. Giana Sisters avait quand même été interdit à la vente alors qu’à présent, à en juger par les app stores, il faut vraiment voler du contenu ou utiliser une marque déposée pour être inquiété.

  1. C’est exactement le probleme que j’ai eu il y quelques semaines lorsque j’ai voulu reinstaller Candy crush sur un nouveau portable.
    Il y a tellement de clones que je n’arrivais pas a trouver le bon. Ca m’a vite saoulé du coup j’ai du passer par le site officiel pour trouver le bon lien sur google play.

    • Oui, ça nuit à la confiance que tu peux apporter aux app stores quand tu ne peux pas facilement distinguer l’appli originale des clones inférieurs et bourrés de pubs qui pullulent dans son ombre. Sans parler du temps perdu à essayer de déterminer quelle appli installer… On ne se bousculerait pas dans un supermarché avec un rayon entier de lessives aux marques et aux packagings quasi-identiques.

  2. Concernant les notes de tous ces plagiats, il existe de nombreuses entreprises qui, moyennant finance, proposent de fournir de faux votes et de faux commentaires pour booster la place du jeu dans les listings. Si je ne m’abuse, un bon nombre de boîtes, même « legit », utilisent ces techniques pour éviter d’être perdues dans la masse… Quelle tristesse !

    Personnellement, je n’achète aucun jeu qui ne soit fourni au format .apk, parce que je refuse d’être pieds et poings lié à un appstore. D’ailleurs, je n’ai aucun service Google sur mon smartphone (j’utilise LineageOS sans les Google Apps). Mais je sais que je suis un peu oldschool 🙂

    • Oui, j’ai eu des échos également à propos de ces pratiques qui sont assez répandues. Acheter des avis et commentaires sur les app stores ne coûte pas grand chose et est difficile à détecter, donc beaucoup ne se privent pas.

      Avoir un APK est effectivement le plus sûr et certains développeurs indépendants les fournissent (Humble Bundle fonctionne comme ça je crois ?). Par contre mieux vaut éviter de récupérer ceux qui traînent sur le net vu le nombre de malwares qu’on est susceptible d’y trouver 🙂

      • Oui, Humble Bundle fonctionne comme ça et c’est pour ça que ce sont les seuls jeux Android que j’achète 🙂

  3. C’est du Copier-Coller. Comme ça, on a le choix. Cette avalanche, ça me donnerait presque envie de tous les essayer.

  4. Les teams derrière les appstores ne filtrent rien? C’est quand même étrange…

    • Sur Google Play c’est tout automatisé je crois, ils doivent juste faire un scan pour les malwares et virus, plus peut-être quelques analyses sur le contenu visuel et les mots clés. Sur iTunes c’est fait manuellement mais ils ne jugent pas vraiment le côté créatif, ils vérifient surtout la qualité technique, le respect des bonnes mœurs et qu’il n’y a pas d’entourloupe en matière de paiement, de demande d’avis, de données collectées etc. Les deux doivent aussi s’assurer que l’app a un niveau minimal de qualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s