16 Couleurs

16 Couleurs – graphisme & jeu vidéo


Poster un commentaire

Des exemples d’automatisation de traitement d’images avec ImageMagick

J’avais l’an dernier évoqué ImageMagick, un logiciel de traitement d’images en ligne de commande aussi puissant que parfois difficile d’approche. Dans ce nouveau billet je présente quelques exemples d’utilisation du programme qui m’ont permis d’économiser pas mal de temps ces derniers mois.

À la base le logiciel se contrôle comme suit, après avoir ouvert une fenêtre de ligne de commande dans Windows (ou Mac ou Linux) :

convert image1.jpg actions image2.jpg

On ouvre l’image image1.jpg, effectue une ou plusieurs manipulations dessus puis la sauvegarde sous le nom d’image2.jpg.

Créer un GIF animé

Créer un GIF animé avec ImageMagickUn cas de figure assez fréquent : une animation est exportée d’un logiciel quelconque (Animate, After Effects…) sous la forme d’une suite d’images et on souhaite la convertir en GIF animé. Une opération somme toute très basique, mais étonnamment pas si simple en pratique : l’exportation native de GIF animé dans Animate n’est souvent pas exploitable (une couleur sombre est systématiquement choisie comme transparente même si on ne veut pas de transparence), Adobe Media Encoder pas vraiment idéal en pratique (aucune optimisation du GIF donc un résultat au poids rapidement énorme) et Photoshop trop lent si on veut pouvoir enchaîner les conversions. Avec ImageMagick il suffit de taper la commande suivante dans le répertoire où se situe les images :

convert *.png -loop 0 -layers optimize -set delay 3 anim.gif
  • -loop 0 permet à l’image de boucler de manière perpétuelle.
  • -layers optimize indique à ImageMagick qu’il doit optimiser l’animation en actualisant seulement les pixels qui changent d’une frame à l’autre.
  • -set delay 3 indique la durée de chaque frame en centièmes de seconde. Ici 0.03 seconde, donc un framerate d’environ 33 images par seconde.

En laissant la fenêtre Command Prompt ouverte, on peut obtenir un nouveau GIF animé à chaque fois qu’on réexporte les images en appuyant juste sur la flèche du haut puis Entrée.

Recolorer en blanc une série d’image avec une couche alpha

Recolorer en blanc une série d'image avec une couche alphaUne requête un peu plus spécifique mais qui s’est manifestée lors du développement d’un jeu pour Peak : une centaine de sprites en 32 bit devaient être recolorés en blanc tout en conservant la transparence. Facilement réalisable avec Photoshop, mais pas beaucoup plus compliqué avec ImageMagick avec l’avantage de la flexibilité et de la rapidité. Attention, cette commande remplace tous les PNG dans le répertoire.

FOR %a in (*.png) DO convert %a -brightness-contrast "100 0" %a
  • FOR %a in (*.png) DO crée une boucle qui traitera tous les PNG du répertoire (%a est la variable pour les noms de fichiers, répétée telle quelle à la fin de la commande, d’où l’écrasement des fichiers d’origine).
  • -brightness-contrast « 100 0 » augmente la luminosité au maximum et réduit le contraste au minimum, donc toutes les valeurs deviennent blanches.

Redimensionner une série d’images et les recolorer avec une palette prédéfinie

Redimensionner une série d’images et les recolorer avec une palette prédéfinie avec ImageMagick

Ici j’exporte une animation sous forme d’une série d’images que je souhaite ensuite convertir vers une résolution et une palette spécifiques à un ordinateur 8 bit. La commande mogrify utilisée est d’un usage similaire à convert, à la différence que les images d’origine sont systématiquement écrasées.

mogrify -filter "Box" -resize "160x200!" -dither None -remap c:\tmp\nouvelle_palette.png *.png
  • -filter « Box » choisit le filtre « Box » pour la commande resize qui suit. Ce filtre donne les meilleurs résultats dans ce cas de figure (réduction de pixel art sans bavure). Voir la documentation très détaillée sur ce sujet.
  • -resize « 160×200! » indique la résolution souhaitée. Le point d’exclamation signifie que le ratio d’origine sera ignoré.
  • -dither None pour éviter de dithering (dégradés) lors de la conversion.
  • -remap c:\tmp\nouvelle_palette.png : les images sont recolorées avec la palette issue de cette image.

Tripler la résolution d’une série d’images

Tripler la résolution d'une série d'images avec ImageMagick

Drag & drop avec ImageMagickImageMagick permet ici de redimensionner et renommer les images avec un simple drag and drop des fichiers sur une icône du bureau Windows, ce qui est extrêmement pratique. Je me sers de ce script pour modifier pour Twitter des captures d’écran en 320×200 (généralement réalisées pour Demozoo ou Mobygames) qui font un peu timbre-poste sur nos écrans modernes. Il suffit de créer un fichier .BAT avec le contenu suivant :

if [%1]==[] goto :eof
:loop
convert %1 -scale 300%% "%~dpn1_x3%~x1"
shift
if not [%1]==[] goto loop

Le format est un peu différent puisqu’il s’agit de supporter le drag and drop de plusieurs fichiers sur l’icône du fichier .bat.

  • if [%1]==[] goto :eof vérifie si la liste des fichiers transférée n’est pas vide et termine le script si c’est le cas.
  • :loop : label de la boucle
  • convert %1 -scale 300%% triple la résolution
  • « %~dpn1_x3%~x1 » ajoute « _x3 » à la fin du nom de fichier pour éviter d’écraser l’image d’origine. La syntaxe un peu cryptique permet juste de manipuler les différents éléments du nom de fichier (voir ici pour plus de détails).
  • shift : on itère dans la boucle
  • if not [%1]==[] goto loop : on continue tant qu’on n’a pas traité tous les fichiers

Pour changer l’icône du fichier batch, le plus simple est de placer sur le bureau non pas directement le fichier batch, mais plutôt un raccourci vers celui-ci. Il suffit ensuite de faire un clic droit sur l’icone et de cliquer sur « changer l’icône » dans l’onglet « raccourci ».

Il est possible d’effectuer des opérations beaucoup plus complexes avec ImageMagick mais j’espère que ces quelques exemples simples auront aidé à vous convaincre de l’utilité du programme. La prise en main est ardue mais heureusement il existe une documentation en ligne très complète qui permet de ne pas avoir à trop tâtonner.

La documentation officielle pour aller plus loin (en anglais) :

Publicités


2 Commentaires

Beau livre : The Masters of Pixel Art

Masters Of Pixel Art

J’ai reçu tout récemment mon exemplaire du livre The Masters of Pixel Art que j’avais précommandé sur Kickstarter il y a quelques mois.

Comme son nom l’indique, l’ouvrage est consacré aux meilleurs graphistes spécialisés dans le pixel art (ou dessin pixel par pixel), mais ce qui est moins évident c’est qu’il se focalise sur la démoscène Amiga, Atari ST/Falcon et PC des années 1990, période considérée par certains, dont moi même, comme l’âge d’or du pixel art. Néanmoins la technique, le format et les thèmes abordés sont assez spécifiques et souvent différents du pixel art « moderne » ou de celui des jeux vidéo. Concrètement, on parle d’images plein écran, très travaillées et dont les sujets d’ordinaire assez sombres tournent beaucoup autour de l’heroic fantasy ou de la science fiction. On peut aussi y ajouter une fascination toute particulière pour les logos très torturés, à la limite de la lisibilité.

Ceci étant posé, le livre m’a fait une excellente impression. J’ai appris à me méfier un peu de ce genre d’ouvrages qui ont tendance à proliférer sur Kickstarter et qui, jouant sur la corde nostalgique, se limitent parfois à un assemblage de captures d’écran plus ou moins heureux, sans réelle valeur ajoutée. Rien de cela ici : l’auteur, qui est également un graphiste renommé (Klas Benjaminsson, alias Prowler), a pris soin de contacter chacun des artistes et leur a demandé d’écrire une présentation, les grandes lignes de leur activité sur la scène et même les légendes de certaines des images. Le résultat est instructif, souvent humoristique, regorge d’anecdotes et permet de connaitre un peu plus ceux à l’origine de ces images souvent très connues. Les quelques décennies qui se sont écoulées depuis leur réalisation donnent à leurs auteurs suffisamment de recul pour juger cette époque à tête reposée et de manière honnête, assez différente des interviews « à chaud » qu’on pouvait lire dans les diskmags d’alors.

Parlons des artistes justement. On en compte 50, classés par pays. Toute sélection est toujours évidemment subjective mais il n’y pas grand chose à redire ici : on retrouve la plupart des grands noms (Cyclone, Destop, Fade One, Niko, Made, Ra, Uno…) ainsi que quelques graphistes moins connus que je suis heureux de voir reconnus à leur juste valeur, comme Orhan. Leurs œuvres sont présentées dans des dimensions variées avec une mise en page soignée et éminemment pro.

Physiquement le livre est un bel objet avec sa couverture en simili tissu embossé. L’intérieur n’est pas en reste avec du beau papier épais et une impression très propre. Pour les amateurs de chiffres, le tout fait 216 pages, compte 400 illustrations, mesure 24 × 30,5 cm et est sorti de presse quelque part en Pologne. Petit détail pour les non-anglophones, le livre est uniquement disponible en anglais même si les textes sont généralement faciles d’approche. Le prix est assez élevé (autour de 35 euros auxquels il a fallu ajouter des frais de port assez lourds) mais semble justifié au vu du résultat. C’est un beau livre qui ne déparera pas dans la bibliothèque d’un homme ou d’une femme de goût 😉

Une réimpression semble prévue pour ceux qui ont manqué le Kickstarter d’origine ou attendaient de voir le projet se concrétiser avant de sauter le pas. Un deuxième volume consacré aux images en 16 couleurs et moins (C64, ZX Spectrum ou CPC) est également annoncé.

The Masters of Pixel Art

 


2 Commentaires

Multipaint, un logiciel de dessin pour C64, ZX Spectrum et MSX

J’avais il y a quelques années évoqué la création graphique avec les contraintes du ZX Spectrum. Il existe depuis peu un nouveau logiciel qui supporte également les modes graphiques du C64 (highres et multicolor) et du MSX : Multipaint.

L’interface générale ne déroutera pas quiconque a eu l’occasion d’utiliser des logiciels comme Deluxe Paint ou Personal Paint. Le programme est bien pourvu niveau fonctionnalités : outre les classiques (tracé de lignes, rectangles et cercles, bombe de peinture et différentes tailles de brosses) on y trouve aussi le support des brosses personnalisées avec transparence, la recolorisation des brosses, la symétrie en temps réel sur les deux axes, les contraintes de grille et une page de brouillon. Multipaint permet d’exporter les images comme des exécutables (.prg pour C64, .tap pour le Spectrum, .com pour le MSX) ou des bitmaps PNG.

Multipaint ZX Spectrum Supergravity

Multipaint en mode ZX Spectrum

Pour l’avoir essayé rapidement, Multipaint semble être un bon programme de dessin pour qui s’intéresse au pixel art façon ordinosaures 8 bit, avec le gros avantages de couvrir plusieurs plateformes quand la norme est plutôt d’avoir des logiciels de dessin complètement différents et plus ou moins obscurs pour chaque format. Quelques regrets : l’absence de mode plein écran, les raccourcis clavier qui ne semblent pas pouvoir être redéfinis, le manque d’aperçu dans la taille d’origine lors de l’utilisation de la loupe et la limite de dix étapes d’undo qui ne semble pas justifiée. Le programme a bénéficié d’une première mise à jour quelques semaines après son annonce, on peut donc espérer que ces petits problèmes soient résolus par la suite.

Multipaint est écrit en Processing et tourne sur Windows, Mac et Linux mais nécessite d’avoir installé le Java Runtime Environment. Un manuel et une liste des raccourcis clavier sont également disponibles.

Visiter le site web de Multipaint


Poster un commentaire

Les magazines informatique du siècle dernier : Free Log et Okaz

Free-Log-Okaz-magazines

Free Log était un magazine consacré à « l’actu du shareware et du CD-ROM » mais aussi très axé création d’après l’unique exemplaire dont je dispose, le numéro 2 de Février 1995. On y trouve en effet des articles sur le graphisme (les 20 meilleurs logiciels de traitement d’images sous DOS et Windows 3.1), la démoscène (reportage sur The Party 4 écrit par un certain Odace of Laxity, visible ci-dessous), les jeux commerciaux ou indépendants (UFO Enemy Unknown, les shoot’em ups shareware) et le business (comment créer un shareware). Des thèmes en fait très proches de ceux que j’aborde sur 16 Couleurs, peut-être fût-ce une inspiration inconsciente ?

En tout cas j’avais vraiment aimé l’article sur The Party 4, très spontané même si entaché de quelques grosses fautes, et le ton général du magazine, mature mais décontracté. Je dispose par contre d’assez peu d’informations sur Free Log, en particulier sur le nombre de numéros parus et sur la présence systématique ou non de la rubrique démoscène . Le magazine était fin (32 pages) et fourni avec un coupon qui permettait d’obtenir une disquette parmi les 4 proposées, en payant juste les frais de port. J’avais évidemment opté pour la disquette avec les productions de The Party 4, qui furent les premières intros 64 ko que je découvris sur PC. Le titre fut relancé en février 1999 avec une partie de l’équipe et un CD-ROM gratuit. Il paraît d’ailleurs toujours puisque le numéro 131 est actuellement en kiosque.

Voici également un extrait du numéro 1 d’Okaz de juin 1997, un magazine au format A5 d’une soixantaine de pages qui se spécialisait dans les petites annonces autour du jeu vidéo, une approche complètement inimaginable aujourd’hui avec Internet. Outre des centaines de petites annonces, on y trouvait un peu de rédactionnel : un reportage sur le Tokyo Game Show et des articles sur les magasins d’occasion, sur le phénomène Playstation ou sur les meilleurs jeux PC d’occasion (Warcraft 2, Heroes of Might and Magic, Civilisation, Discworld, Dune 2…). Une cote des consoles et ordinateurs en 1997 est également incluse (voir ci-dessous), le genre d’information qu’il est toujours intéressant de comparer à la situation actuelle pour avoir une idée de l’évolution de l’offre et la demande. On note au passage une superbe mention de la « Sega CD 32 ». Attention, outre la conversion des francs vers les euros, il faut ajouter 30% d’inflation : 500 FF de 1997 équivalent aujourd’hui à 76 euros sans l’inflation, mais à 99 euros une fois celle-ci prise en compte.

Je remarque également que le chef de rubrique du magazine était un certain Olivier Aichelbaum, qu’on retrouvera quelques années plus tard comme fondateur d’ACBM, société éditrice des mythiques Le Virus Informatique (qui vient de reparaître après 10 ans d’absence !), Les Puces Informatiques proposant d’ailleurs un concept assez proche de celui d’Okaz, Pirates Magazine et Pocket Videogames.


2 Commentaires

Inspiration : Simon Stålenhag

Mélangez des décors de la Suède des années 1980 ou 1990 et de la science-fiction à base de méchas ou vaisseaux spatiaux colorés et vous obtiendrez le concept de la série d’illustrations The Loop par Simon Stålenhag.

Le contraste est évidemment frappant entre ces gros véhicules futuristes et ces scènes de tranches de vie dans des banlieues ou campagnes qu’on imagine être mornes en temps normal. On y sent aussi une certaine nostalgie envers la technologie des années 90 et ses Volvo cubiques, écrans CRT et disquettes 3 pouces et demi. Une preuve supplémentaire de bon goût s’il en est. 😉

Alors qu’on est beaucoup confronté à de la science-fiction située aux États-Unis ou au Japon, puissance culturelle oblige (ou même parfois dans des endroits indistincts quand le but est de tenter de plaire à tout le monde), personnellement j’aime bien quand un univers fictif affiche une origine géographique ou culturelle clairement assumée qui sort un peu des sentiers battus. On obtient souvent un résultat doté d’une personnalité unique et bien ancré dans le réel grâce à des détails qu’il aurait été difficile de créer ex nihilo. J’aimerais voir plus d’exemples se déroulant dans des lieux moins communs comme ici en Scandinavie, mais pourquoi pas aussi en Russie, Chine ou Afrique sub-saharienne. Le film District 9 avait été une bonne surprise à ce niveau-là.

Techniquement et artistiquement le travail est de haut niveau avec en particulier un rendu de la lumière et des conditions météorologiques superbe et un design des véhicules toujours élégant. J’ai inclus quelques unes de mes images préférées à ce billet mais on en trouve beaucoup d’autres sur le site de l’auteur dont je ne peux que chaudement recommander la visite. Un livre regroupant les illustrations de The Loop est également disponible.

J’espère qu’on aura l’occasion de voir Simon Stålenhag œuvrer comme directeur artistique sur un film ou un jeu vidéo à l’avenir, l’univers qu’il a créé le mérite.

Le site de Simon Stålenhag


Poster un commentaire

Le triangle de Kanizsa et les contours subjectifs

Le motif de Kanizsa est une illusion d’optique cognitive décrite pour la première fois en 1955 par le psychologue italien Gaetano Kanizsa (1913 – 1993).

triangle de Kanizsa

Lorsqu’on observe la figure ci-dessus, un triangle blanc est clairement perceptible alors même que la forme n’existe pas réellement : elle est juste suggérée par l’orientation des coins sur les cercles noirs (ou les trois Pac Man !). Le triangle semble même plus blanc que le fond et flotter à l’avant plan. L’illusion est si forte qu’il est difficile de réussir à l’ignorer complètement. Si on inverse les couleurs, le triangle devient évidemment noir, mais là aussi plus noir que le fond.

Triangle de Kanizsa (négatif)

L’illusion optique, appelée ici contour subjectif, se produit parce que le cerveau humain a recours à des simplifications et hypothèses pour accélérer le traitement de la masse d’informations visuelles qu’il reçoit continuellement. Si les cercles noirs suggèrent qu’il y a triangle blanc posé dessus, le cerveau estime donc que ça doit être le cas. Si cette sorte d’optimisation du signal visuel au détriment de la précision des résultats a été conservée générations après générations, c’est que le procédé est généralement efficace, sauf évidemment dans le cas d’illusions optiques qui sont spécifiquement conçues pour tromper le cerveau.

Quelques autres exemples de motifs de Kanizsa ci-dessous :

 

En 2007, les chercheurs italiens Pietro Guardini et Luciano Gamberini ont conçu une version tridimensionnelle du triangle de Kanisza, qui devient alors une pyramide. Le résultat est encore plus saisissant comme vous pouvez le constater ci-dessous. Une version animée de l’illusion optique est disponible ici.


2 Commentaires

Automatiser la création d’images avec ImageMagick et Python

Certains projets peuvent nécessiter la création d’un grand nombre d’images qui ne se différencient que par le texte ou symbole qui y est surimposé. L’exemple typique est une série d’images représentant des « achievements » ou destinées à être partagées sur les réseaux sociaux, telle que celle que j’ai réalisées récemment pour notre projet « Test your memory » chez Peak :

Images générées avec ImageMagick et Python

ImageMagick-wizardImageMagick est une sorte de couteau suisse du traitement d’image gratuit et open-source. Outre les fonctions de conversion (plus de 200 formats supportés), la modification d’images (redimensionnement, rotation, ajouts de texte ou d’éléments graphiques, modification des couleurs…) ou même leur génération complète sont les principaux usages de l’outil. On peut par exemple facilement écrire un script qui redimensionnera une image à 50%, y ajoutera un logo et sauvera le tout en JPEG de qualité 60%. Pratique pour préparer des photos pour un blog, par exemple.

Généralement contrôlé en ligne de commande, ImageMagick est ardu à l’utilisation et nécessite souvent de nombreux essais/erreurs mais la documentation très détaillée et les exemples fournis aident beaucoup. Je m’en suis ici servi pour ajouter deux lignes de texte sur une image existante.

S’il ne semble pas possible d’itérer sur du texte directement, il est par contre possible de contrôler ImageMagick directement dans Python avec une librairie dédiée (PythonMagick) mais l’installation de celle-ci semble trop complexe pour le commun des mortels. La solution que j’ai retenue a été d’utiliser Python uniquement pour générer un fichier .BAT qui permet à ImageMagick de créer les images. Quelques lignes suffisent :

# Generates a batch file for ImageMagick to create 93 FB share pictures
f = open("FBShare.bat","w")
for number in range (1,16):
   f.write('convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf '
   '-fill white -pointsize 168 -gravity center -annotate +0-60 "TOP ' + str(number) + '%%" '
   '-font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 120 -gravity center '
   '-annotate +0+70 "MEMORY" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare' + str(number) + '.png' + '\n')
for number in range (18,94):
   f.write('convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf '
   '-fill white -pointsize 110 -gravity center -annotate +0-72 "MY BRAIN AGE:" '
   '-font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 140 -gravity center '
   '-annotate +0+60 ' + '"' + str(number) + ' YEARS OLD" '
   'c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare' + str(number) + '.png' + '\n')
f.write('PAUSE')

On obtient alors un fichier batch avec les instructions nécessaires à la création des 91 images :

convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 168 -gravity center -annotate +0-60 "TOP 1%%" -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 120 -gravity center -annotate +0+70 "MEMORY" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare1.png
convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 168 -gravity center -annotate +0-60 "TOP 2%%" -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 120 -gravity center -annotate +0+70 "MEMORY" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare2.png
convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 168 -gravity center -annotate +0-60 "TOP 3%%" -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 120 -gravity center -annotate +0+70 "MEMORY" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare3.png
[...]
convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 168 -gravity center -annotate +0-60 "TOP 15%%" -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 120 -gravity center -annotate +0+70 "MEMORY" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare15.png
convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 110 -gravity center -annotate +0-72 "MY BRAIN AGE:" -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 140 -gravity center -annotate +0+60 "18 YEARS OLD" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare18.png
convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 110 -gravity center -annotate +0-72 "MY BRAIN AGE:" -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 140 -gravity center -annotate +0+60 "19 YEARS OLD" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare19.png
convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 110 -gravity center -annotate +0-72 "MY BRAIN AGE:" -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 140 -gravity center -annotate +0+60 "20 YEARS OLD" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare20.png
[...]
convert c:\Utils\ImageMagick\images\FBShareBG.png -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 110 -gravity center -annotate +0-72 "MY BRAIN AGE:" -font c:\Windows\Fonts\GothamSSm-Bold.otf -fill white -pointsize 140 -gravity center -annotate +0+60 "93 YEARS OLD" c:\Utils\ImageMagick\images\FBShare93.png
PAUSE

Le gros avantage de cette méthode est la flexibilité qu’elle apporte. Jean-Christian Ranu préfère le fond en rose ? Berthier de la compta veut une version avec le texte en breton ? Inutile de commencer à transpirer à gros bouillons, en deux minutes c’est réglé.

Combiné à Python ou tout autre langage de programmation, les possibilités offertes par ImageMagick sont très vastes. On peut par exemple introduire un facteur aléatoire qui permettra par exemple d’alterner entre différentes images de fond, introduire des règles plus complexes, comme une taille de fonte différente tous les n images ou même générer des frames pour une animation.