16 Couleurs

16 Couleurs – graphisme & jeu vidéo


3 Commentaires

Vieux jeux en vrac : Lemmings Paintball, Krakout Unlimited, Platypus (Windows)

  • Lemmings Paintball (1996)

Commençons par ce titre assez peu connu de la série Lemmings, développé par Visual Sciences (basé à Dundee, en Écosse) et édité par le regretté Psygnosis. Je m’attendais un peu au pire, étant donné que la connexion entre les rongeurs suicidaires et le paintball n’est pas évidente au premier abord, mais le jeu fonctionne en fait très bien. Pour simplifier énormément, il s’agit d’un mélange de Canon Fodder et de The Lost Vikings, transposé dans l’univers farfelu des Lemmings.

Lemmings Paintball

Concrètement, le but de chaque niveau est de capturer un ou plusieurs drapeaux en dirigeant jusqu’à quatre lemmings. Ces derniers sont équipés de pistolets de paintball pour éliminer les odieux lemmings à robe rouge qui se mettront sur leur route. Les niveaux regorgent évidemment de leviers à actionner, de plateformes qui montent et qui descendent et autres trampolines. Pour en venir à bout, on devra utiliser les unités disponibles à tour de rôle et à bon escient, comme en chargeant un lemming de maintenir une porte ouverte pendant que l’autre s’occupe d’éliminer les ennemis. Comme dans le Lemmings original, un certain nombre de pertes est autorisé, et on peut donc terminer un niveau avec uniquement 50% de taux de survie, par exemple.

Lemmings PaintballJe note juste deux petits accrocs : le pathfinding souvent déficient, qui oblige à multiplier les clics, et la sauvegarde par mot de passe, difficilement supportable aujourd’hui.

Rien à redire par contre sur la prise en main à la souris qui est intuitive et efficace. Les graphismes en pixel art (le jeu tourne en 320×240, sauf les menus en 640×480) sont également d’un bon niveau, en particulier les animations des lemmings. Le jeu dispose également d’un petit film d’introduction en pâte à modeler, ce qui est toujours très sympa à regarder.

A noter également, la présence du Lemmings « classique » version Windows 95 sur le disque. Merci, m’sieur Psygnosis.

  Lire la suite

Publicité