16 Couleurs

16 Couleurs – graphisme & jeu vidéo


2 Commentaires

Nova 2018

De retour de la Nova dans le Devon au Royaume-Uni (très jolie région, au passage), où j’ai présenté deux releases : un graph dans la compétition GFX old school et une invitation PC Engine pour la Datastorm par Up Rough dans la compétition Demo old school.

Ayant été beaucoup occupé les semaines précédant la party, mon graph a malheureusement été réalisé dans l’urgence absolue : esquisses en début de semaine, premiers pixels posés trois jours avant la party et gros du travail sur place. Pas de miracle à l’arrivée, mais je pense néanmoins que le concept a du potentiel et mériterait d’y accorder plus de temps. Niveau format c’est du pur Atari ST en 320×200 et 16 couleurs, avec la palette plus limitée du STF (choix de 512 couleurs).

Ninja Cat

Ninja Cat, 320×200 16 couleurs (palette STF)

L’invitation a été plus préparée à tête reposée puisque Mooz m’avait proposé de coopérer à la fin du mois d’avril, même si du fait d’un manque d’inspiration initial et de quelques fausses pistes, les graphismes définitifs n’ont été commencés que début juin et la décision de présenter l’intro à la Nova n’a été prise que quelques jours avant la party. Il n’aura pas échappé aux plus vieux d’entre que le personnage est inspiré du clip Sabotage des les Beasty Boys. Mes connaissances de la PC Engine / TurboGrafx-16 sont approximatives, mais niveau graphisme nous sommes en terrain connu : 16 couleurs à choisir parmi une palette de 512, comme sur l’Atari STF. Au niveau architecture, le fait d’avoir été présentée par NEC comme la première console 16 bit fit polémique à l’époque : le CPU est un bon vieux 8 bit et c’est seulement le coprocesseur graphique qui est 16 bit. Un petit arrangement avec la réalité qu’Atari réutilisera pour la Jaguar quelques années plus tard !

Datastorm Logo

Publicités