16 Couleurs

16 Couleurs – graphisme & jeu vidéo


7 Commentaires

Les jeux de studios français sur Facebook (4)

Penchons-nous aujourd’hui à nouveau sur les derniers jeux Facebook développés en  France. On retrouve peu ou prou les mêmes sociétés que dans mes précédents billets (1, 2, 3), signe peut-être de la maturité du marché. La palme du dynamisme revient cette fois à Pretty Simple, puisque le studio parisien a lancé 2 jeux ambitieux à quelques semaines d’intervalle.

À noter que Facebook a changé la manière dont sont communiquées les statistiques des applications. Il n’est à présent plus possible de connaître les DAU et MAU de manière précise, mais juste sous forme de fourchettes dont les dents sont si larges qu’un semi-remorque pourrait y passer.

  • Criminal Case (par Pretty Simple, plus de 1 million de DAU) est le gros succès du moment comme confirmé récemment par ses créateurs. Le jeu fait partie de la grande famille des Hidden Object (recherche d’objets cachés dans un décor), mais il dispose d’un très bel habillage graphique et d’une intrigue basés sur des enquêtes policières assez glauques, ce qui lui confère une vraie originalité. La collecte d’objets cachés sur les lieux des crimes permet d’avancer dans l’enquête et de démasquer le coupable une fois suffisamment d’indices accumulés.
    Jouer à Criminal Case sur Facebook.

Criminal Case

 

  • Magical Ride (par Pretty simple, plus de 50 000 DAU), sorti un peu avant Criminal Case, nous met dans la peau d’une petite sorcière sur un balais (une cousine de Kiki ?) qui doit progresser le plus loin possible en évitant les très nombreux obstacles et ennemis qui ne manqueront pas de surgir sur sa route. La réalisation est de très bon niveau avec des visuels particulièrement mignons et des animations soignées. Entièrement contrôlable avec le bouton gauche de la souris, le jeu rappelle beaucoup Jetpack Joyride mais avec un style et une atmosphère bien à part. De toute façon si je ne m’abuse, les origines du gameplay de Jetpack Joyride sont à chercher du côté d’un jeu Flash assez ancien, Fly the Copter, même si le concept a bien sûr été énormément amélioré par Halfbrick.
    Jouer à Magical Ride sur Facebook.

Magical Ride

  • Tiki Blocks (par Kobojo, plus de 10 000 DAU) permet à Kobojo de s’essayer à un nouveau genre : le skill gaming, version 2 joueurs asynchrones. Le principe est basé sur celui de SameGame (ou plus récemment, Diamond Dash) et le but est donc de faire disparaître en 60 secondes le maximum de groupes comprenant trois blocs ou plus de même couleur, le tout agrémenté de divers bonus comme il se doit. Comme toujours avec Kobojo, la partie visuelle est très soignée et rappelle un peu certains jeux PopCap comme Zuma. On a fait pire comme comparaison.
    Jouer à Tiki Blocks sur Facebook.

Tiki Blocks

  • Questionary (par Kobojo, plus de 10 000 DAU), le tout nouveau jeu de Kobojo, encore en phase de soft launch et donc non annoncé officiellement, est un quiz dans l’esprit SongPop où l’on se mesure à un autre joueur humain en différé. Encore une fois la présentation est soignée, même s’il est difficile d’en mettre plein les yeux avec un jeu de quiz. Il s’agit également du premier titre de Kobojo a être multiplateforme dès l’origine, puisque le jeu est disponible dès maintenant sur iOS et Android en plus de Facebook. On peut penser que cette stratégie va se généraliser cette année.
    Jouer à Questionary sur Facebook

Questionary

  • Kompany! (par OUAT Entertainment, plus de 300 DAU) part d’un principe louable et ô combien important : aider les jeunes à mieux comprendre le fonctionnement d’une entreprise. Le jeu nous place donc dans les chaussures d’un petit patron dont le but est de permettre à son entreprise de produire les biens qui satisferont ses clients. Malheureusement le jeu s’avère un peu trop complexe avec trop de partenaires et de services disponibles dès le début et on s’y perd un peu. De même, les objectifs du jeu (gagner de l’expérience et de l’énergie) se mélangent à ceux de l’entreprise (honorer des commandes, réaliser des bénéfices) ce qui rend les choses un peu plus confuses. Cette complexité déteint d’ailleurs sur les visuels qui sont généralement très chargés. Dommage aussi que les personnages paraissent un peu simplistes et rigides alors qu’une pointe d’humour dans les animations aurait rendu le jeu beaucoup plus vivant.
    Jouer à Kompany! sur Facebook.

Kompany!

  • Code Lyoko (par 3DDUO, plus de 10 000 DAU), est comme on s’en doute basé sur le dessin animé à succès éponyme. Le jeu est assez classique, sorte de RPG basique reposant sur des combats automatiques contre des monstres. La victoire lors de ces affrontements permet de progresser sur la carte du monde de Lyoko et d’améliorer les équipements et pouvoirs du personnage que l’on incarne. La réalisation est tout à fait dans l’esprit de la série et l’interface du jeu, comme l’ordinateur dans le dessin animé, la seule fenêtre sur les territoires virtuels de Lyoko.
    Jouer à Code Lyoko sur Facebook.

Code Lyoko

  • Stars Connect (par IsCool Entertainment, plus de 10 000 DAU) marie intelligemment le quiz musical à la SongPop (qui assure l’intérêt à court-terme) et le jeu de cartes à collectionner à la IsCool (qui apporte un objectif à long terme). Le but du jeu est donc de défier ses amis ou des bots avec des questions portant évidemment sur la musique, puis d’acheter des cartes représentants des artistes avec l’argent récolté. Comme dans IsCool, l’échange de cartes avec les amis est bien sûr encouragé. La coopération d’IsCool avec Universal Music leur a permis d’obtenir l’accès au catalogue de la major et on retrouve donc beaucoup d’artistes connus dans le jeu.
    Jouer à Stars Connect sur Facebook.

Stars Connect

  • Wordox (par IsCool Entertainment, plus de 100 000 DAU) n’est pas récent mais j’avais réussi à l’oublier jusqu’ici, alors que le jeu a su attirer une communauté très active depuis son arrivée sur Facebook en juillet 2012. Il s’agit d’un jeu de lettres multijoueur en temps réel dont les règles rappellent un peu Scrabble en beaucoup plus compétitif, puisque rajouter une ou des lettres à un mot de l’adversaire permet de « capturer » celui-ci (comme dans Othello) et les points qui y sont associés. Les cases bonus présentes sur le plateau peuvent aussi entraîner des retournements de situation à la dernière minute. D’un point de vue visuel et technique le jeu paraît très abouti, avec un style cartoon plus affirmé que beaucoup de jeux de ce style, souvent un peu fades. A noter que le jeu est également disponible en version mobile sur Android et iOS.
    Jouer à Wordox sur Facebook.

Wordox

Voir aussi :


5 Commentaires

Les jeux de studios français sur Facebook (1)

Même si les développeurs français ont longtemps été timorés vis à vis de Facebook, on commence à y voir apparaître des jeux intéressants en provenance de l’Hexagone. Voici une courte présentation de ceux qui me paraissent les plus notables, en commençant par les plus populaires :

Treasure Madness de zSlide (environ 225 000 DAU actuellement selon DeveloperAnalytics) est probablement le jeu le plus connu du lot. Preuve de son succès, son concept  de chasse au trésor sur des îles tropicales a été rapidement « emprunté » par Zynga pour Treasure Isle, ce qui a très probablement causé du tort au jeu de zSlide. Un atout important par rapport au jeu de Zynga est la présence de mini-jeux qui ponctuent l’exploration des différentes cartes et permettent de varier les plaisirs.

Treasure Isle

Treasure Madness de zSlide

My Shops de Pretty Simple (258 000 DAU) est aussi un cas intéressant. J’avoue l’avoir sous-estimé au début à cause de ses faux airs de Restaurant City (vue extérieure) qui pouvaient laisser supposer que le jeu en était très proche. En pratique, le concept – la gestion des stocks – est radicalement différent, les mécanismes du gameplay sont vraiment bien conçus et le jeu fourmille de petits détails qui prouvent qu’il a été développé avec soin. On se prend donc au jeu très facilement.

My Shops

My Shops de Pretty Simple

Totally Spies! Fashion Agent de Ouat Entertainment (126 000 DAU) semble assez complet puisqu’il mêle missions (dont le concept est assez proche d’un Treasure Madness en fait), décoration d’intérieur et customisation d’avatar. Ce constat effectué, je dois avouer que je n’ai pas progressé très loin, ne faisant pas vraiment partie du coeur de cible de la licence 😉

Totally Spies! Fashion Agents

Totally Spies! Fashion Agents de Ouat Entertainment

J’enchaîne avec quelques jeux moins connus mais qui mérite largement le détour :

Quiz Tower de Gerwin Software est un quiz avec un habillage de jeu télévisé un peu déjanté et du funk en fond sonore. Le jeu est très solide visuellement grâce à une bonne utilisation des capacités actuelles de Flash en 3d (qui vont bientôt radicalement changer) et les parties suivent un tempo parfaitement maîtrisé qui fait monter la pression au fur et à mesure qu’on progresse dans la compétition. Gerwin a travaillé sur d’autres quiz auparavant avec le support de producteurs des jeux télévisés, et leur expertise dans le domaine se fait clairement sentir. Seul regret, difficile de savoir dans quelle mesure l’aspect multijoueur est réel ou simulé : par exemple, les réponses du public sont-elles basées sur celles des joueurs précédents ou sont-elles tout simplement aléatoires ?

Quiz Tower

Quiz Tower de Gerwin Software

RocketBird de BeTomorrow est un portage du jeu éponyme sur iPhone et iPad. Là aussi très propre techniquement, le jeu a un style graphique qui colle parfaitement au thème et des musiques bien péchues, chose extrêmement rare sur Facebook. L’idée de départ, éviter les obstacles le plus longtemps possible, est simple mais la réalisation aux petits oignons la rend réellement prenante. Malheureusement je pense que l’aspect social peu développé a dû limiter la diffusion virale du jeu (les premières versions ne permettaient pas d’inviter un ami, par exemple) alors que le concept est à la base très compétitif. Bonne nouvelle, le développement du jeu continue, avec apparemment une grosse mise à jour imminente.

RocketBird

RocketBird de BeTomorrow

Galamon de Morphée Interactive est très abouti visuellement avec ses personnages délirants et ses couleurs bien choisies. Le jeu est basé sur des combats à la sauce JRPG (avec pas mal de stats, donc) et probablement trop hardcore pour la grosse majorité des joueurs sur Facebook… la progression en particulier n’est pas toujours évidente et je me retrouve bloqué par certaines planètes sans trop savoir comment améliorer mon équipe.

Galamon

Galamon de Morphée Interactive

Voilà pour ce rapide tour d’horizon très subjectif… Je remarque que contrairement aux jeux vidéos « traditionnels » dont le développement est très concentré autour de Paris (et Lyon, dans une moindre mesure) la production de social games semble mieux répartie sur le territoire : si zSlide et Pretty Simple sont basés en Île-de-France, Ouat Entertainment est à Angoulême, Gerwin Software à Aix en Provence, BeTomorrow à Bordeaux et Morphée Interactive à Nîmes. Les budgets et la taille des équipes, plus réduits que pour les jeux consoles, expliquent peut-être cela, mais espérons que cette relative décentralisation perdure 🙂

Lire la deuxième partie.